Consultant(e) national(e) pour la vérification de l’évaluation nationale de la justice de genre

Country: Algeria
Language: EN
Number: 5362133
Publication date: 09-11-2017
Source: United Nations Procurement Notices (UNDP)

Description

Consultant(e) national(e) pour la vérification de l’évaluation nationale de la justice de genre
Procurement Process : RFQ - Request for quotation
Office : Algiers - ALGERIA
Deadline : 20-Nov-17
Posted on : 09-Nov-17
Development Area : CONSULTANTS
Reference Number : 42381
Link to Atlas Project :
Non-UNDP Project
Documents :
Termes de référence
manifestation d"intérêt
P11
Overview :

La violence faite aux femmes est un phénomène mondial qui transcende les cultures, les religions, les groupes d’âge, et statuts socio-économiques. Dans les pays de la région arabe, la violence faite aux femmes se manifeste généralement par des cas de violence conjugale, de mariage de mineure, de traite des femmes à des fins d’exploitation sexuelle ou de travail, d’esclavage sexuel, de prostitution forcée, de crimes d’honneur, dont la mutilation, et de féminicide. La violence faite aux femmes est une préoccupation majeure dans les États arabes, et ce en partie en raison des facteurs suivants dans la région :

Quasiment tous les pays arabes reconnaissent que les droits des femmes font partie des droits humains, et que les violences faites aux femmes/la violence fondée sur le genre (VFF/VFG) est une violation grave et répandue des droits humains et une forme extrême de discrimination. Les droits constitutionnels, les droits civils et les libertés politiques sont interdépendants : ils ne peuvent par conséquent pas être analysés séparément. Les constitutions et le droit positif de la plupart des pays arabes indiquent clairement l’interdiction de la discrimination fondée sur le genre et proclament

D’après le rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé (2013), dans le monde, une femme sur trois est confrontée à la violence physique ou sexuelle de la part d’un partenaire ou de violence sexuelle de la part d’un inconnu au moins une fois dans sa vie.

D’après le Population Reference Bureau, dans la région arabe, une fille sur sept est mariée avant l’âge de 18 ans.

l’égalité entre les sexes comme principe fondamental. Et pourtant, des contradictions persistent entre les constitutions et les lois encadrant la vie publique d’une part, et la vie privée d’autre part, comme le code pénal et le code de la famille qui continuent à perpétuer la discrimination et même la violence dans ses différentes formes, en contradiction avec les avancées légales et les changements de normes liées à l’égalité de genre.

En outre, les manquements fréquents dans la protection et dans les recours efficaces proposés pour les femmes victimes de violence appellent à des besoins croissants pour l’adoption de cadres légaux et mesures plus puissantes pour protéger les femmes et améliorer leur accès à la justice.

En novembre 2015, dans l’objectif de faciliter une programmation efficace fondée sur des données probantes sur les VFF/VFG et qui met l’accent sur l’État de droit et l’accès à la justice, une étude approfondie a été menée sur les lois, les politiques et les pratiques liées aux VFF/VFG dans 20 pays arabes

L’étude a ainsi abouti à un rapport par pays détaillant la législation propre à chacun des 20 pays. Les rapports pays incluent une partie sur les cadres juridiques avec les lois nationales, locales, et culturelles ou religieuses, et une partie sur les politiques et pratiques qui ont des conséquences sur les VFF/VFG sous leurs 5 formes : la violence sexuelle, la violence physique, la violence psychologique, les pratiques traditionnelles préjudiciables, et la violence socio-économique. Enfin, une partie s’intéresse aux réponses existantes aux VFF/VFG et à la capacité des acteurs étatiques et non-étatiques dans la prévention et la protection, et à assurer l’accès à la justice aux personnes affectées par les VFF/VFG.

L’étude régionale a été finalisée. La prochaine étape est de procéder, au niveau de chaque pays, à la vérification et à l’actualisation des informations de chaque rapport pays afin d’assurer que l’analyse reflète bien les lois, les politiques et les pratiques les plus récentes, ainsi que les principales parties prenantes impliqués dans la justice de genre dans chaque pays. Les rapports pays, une fois vérifiés et actualisés, devront être nourris par un processus de consultation des principaux partenaires nationaux, comme les ministères de la justice, des droits humains, de la famille, de la santé, de l’intérieur, les avocat(e)s, les procureur(e)s, les juges, la police, les assistant(e)s judiciaires, les mouvements de droits des femmes, et les spécialistes des VFF/VFG dans le pays, en vue (i) de sa validation et (ii) d’identifier les domaines de travail que le pays est prêt à engager pour faire progresser les droits des femmes.

En Algérie, le PNUD, ONU Femmes, et l’UNFPA s’associent pour assurer conjointement que le processus est finalisé. Pour soutenir cette finalisation, le PNUD souhaite recruter un(e) consultant(e) national(e) pour effectuer l"exercice de vérification des faits pour le rapport pays et sa mise à jour, avant de passer à la phase de consultation avec les partenaires nationaux.

Les détails relatifs à cette consultation sont dans les termes de mandat en pièce jointe.

Les candidat(e)s intéressé(e)s voudront bien adresser leur lettre de candidature (offre technique et financière) accompagnée d’un curriculum vitae détaillé en indiquant la référence du poste «Consultant justice de genre» à l’adresse suivante :

procurement.project.dz@undp.org

La date limite pour l’envoi des candidatures est fixée au 20 novembre 2017.

Seules les candidatures répondant aux critères susmentionnés seront prises en considération.